Archives du mot-clé Conseil d’Etat

Le deuxième a gagné !

Au début des années soixante on racontait la blague suivante à propos des deux « K », John Kennedy, président des Etats-Unis et Nikita Khouchtchev, premier secrétaire du Comité central du parti communiste d’URSS. Le premier défia le second dans une course automobile sur le célèbre anneau d’Indianapolis. Et il la remporta largement. Le lendemain, la Pravda, journal officiel du pouvoir soviétique titra : « Magnifique deuxième place de Khrouchtchev … Kennedy finit seulement avant-dernier ».
Dimanche dernier on se trouvait un peu dans le même cas de figure, tous les médias soulignant l’étonnante deuxième place de Pierre Maudet, ne mentionnant la brillante première place de Fabienne Fischer qu’en passant.
Et si Pierre Maudet et ses supporters se sont souvent plaints de l’acharnement des médias à son encontre, on peut constater qu’en termes de présence médiatique, celui-ci fut largement plus présent durant ces dernières semaines que tous les autres candidats réunis, et pas seulement à cause de son procès,
Grâce au Conseil d’Etat, Pierre Maudet a bénéficié de trois mois de congé, avec un salaire de ministre, pour mener campagne, tenir une permanence et rédiger un ouvrage. Cela n’ôte rien à ces compétences d’homme politique et à son habitude de mener des campagnes électorales – ce fut sa septième.
Tous les autres ont dû se contenter de sacrifier leurs soirées et week-ends pour battre le pavé, participer à des entretiens et des débats (que Pierre Maudet a en partie snobés), et mettre de leur poche pour aider au financement de leur campagne.
Alors je ne vois pas où est l’exploit d’arriver deuxième, tout le monde savait que le parti libéral-radical était fortement divisé, et que de surcroît Pierre Maudet était populaire largement au-delà de son parti.
Ce qui m’étonne, c’est que le peuple souverain cautionne les pratiques de ce magistrat, intelligent par ailleurs.
Il n’est certes pas corrompu, mais il a accepté des cadeaux qui dépassent très largement la règle des 150 francs pour les élus (un bon repas par exemple), qu’il s’est fait financer une partie de sa campagne électorale par des particuliers, idem pour fêter son anniversaire et que la cotisation due à son parti, que des tiers payaient pour lui, il ne se gênait pas de la déduire de ses impôts ; cela sans compter ses mensonges et demi-vérités. Et il a autorisé une vingtaine de fois des passe-droits pour ses amis, que le simple citoyen n’a aucune chance d’obtenir. Tout cela ne relève peut-être pas du code pénal, mais en politique n’est-on pas en droit d’attendre des élus une certaine rigueur et droiture ?
Alors oui, il est deuxième, mais il ne mérite plus d’être le premier.